Aller au contenu  Aller au menu  Aller à  la recherche

logo Insa

Mémoire du GEI

  • Les grandes dates du GEI
  • Le livre des 50 ans de l'INSA. Portraits d'anciens du GEI
  • Histoire du département

Les Grandes Dates du GEI

Le Livre des 50 ans de l'INSA - Portraits d'Anciens Etudiants

Christophe Cabanne

Automatique-électronique 1991

Aziz Lahimer,

Automatique-électronique 1996

Geneviève Gargir

Automatique-électronique 1973

Gilles Moncaubeig,

Informatique 2001

 Jean-Louis Chaptal,

Automatique-électronique, 1971

Didier Rouillard,

Informatique, 1992

Gael Munduteguy,

Informatique, 1998

Jean-François Revel,

Automatique-électronique 1984

Nicolas Maunand,

Master Risk Engineering

2009

Pier Planas

Réseaux et Télécoms, 2006

Romain Mesnil,

Informatique 2001

Vincent Lemonde,

Informatique 2002

 

Histoire du Département

Les Directeurs de Département

Depuis 1963, dix directeurs se sont succédé à la tête du département de Génie Electrique et Informatique.

 La création du Département, directeur Jean Lagasse (1963)

La construction du département GEI démarre en 1963, et le bâtiment est livré en 1965. La photo d'un des 5 groupes de la première promotion de 100 étudiants de l'INSA de Toulouse a été prise au niveau du STPI, avec au fond, la vue sur les collines de Pech David. La durée des études était de 4 ans. Le directeur du département, Jean Lagasse fonde en 1968 le laboratoire LAAS du CNRS.

Le télétype (1960) est une machine à écrire électrique permettant d'émettre ou recevoir des informations par ligne électrique (modem). Le perméamètre iliovici (1962) est un instrument de mesure de la perméabilité magnétique d’échantillons de tôles en fonction du champ magnétique ou de la force magnétisante. Ces instruments sont sauvegardés dans le cadre de la mission PATSTEC, qui a réalisé l’inventaire du patrimoine instrumental contemporain
des départements de génie électrique et informatique. Le matériel est préservé à la Maison de Recherche et Valorisation de l'Université de Toulouse.

Le Département, directeur Georges Grateloup (1969)

Les études passent de 4 à 5 années en 1971.

 

Le Département, directeur Philippe Leturcq (1976)

La spécialité Informatique est crée en 1980. Le laboratoire LESIA est créé en 1981, son 1er directeur est Jean-Claude Geffroy. Le GEI et le LAAS/CNRS s'exposent au Salon International des Technologies du Futur de Toulouse (SITEF). 

Ci-dessous, une photo des 24 Heures de l'INSA, une course de vélos à laquelle le GEI a participé régulièrement.

Le Département, directeur Augustin Martinez (1987)

Le pôle de formation en micro-électronique de Toulouse (PFMT), regroupant les étudiants de 5ème année l'INSA, de l'ENSEEIHT, ENAC, SupAéro et de l'Université Paul Sabatier est créé, et géré par Jean-Louis Noullet.

Le Département, directeur Jacky Erschler (1992)

Les travaux de réhabilitation du département sont entrepris. Des travaux importants débutent aussi sur le campus de l'INSA avec la refonte du restaurant, la construction de résidences Promologis, ainsi que la création de Bib'INSA et du service informatique qui regroupent et mutualisent des fonctions réparties auparavant dans les départements. L’international prend de plus en plus d’importance, avec la création du service des relations internationales et la systématisation  des stages à l’étranger.

Au niveau du département GEI:

  • Le laboratoire LESIA se développe au sein du département.
  • J.L. Noullet installe le premier réseau informatique au sein du département,  B.Salvagnac introduit le web.
  • Une nouvelle orientation réseaux télécom au sein de la spécialité AEI, précurseur de l’orientation réseaux télécom, est créée.
  • Le DGE devient le DGEI, l'informatique "I" s’étant développée au début des années 80 avec la création de la spécialité informatique et du LESIA. En début du second mandat, en 1995, une fonction de Directeur Adjoint est créée. Bernard Pradin est nommé à cette fonction.

Au niveau national, la contractualisation des établissements et de la recherche est mise en place, ainsi que les instances nationales d'évaluation. L’INSA, devenu en 1990 un  Établissement public à caractère Scientifique, Culturel et Professionnel (EPSCP), comme les universités et l’INP, participe, au côté de ces établissements, au développement d’une politique universitaire de site (Pôle Universitaire Européen de Toulouse).

B. Pardin (à gauche), C. Mercé, secrétaire de direction et J. Erschler (à droite) en 1999

Le Département, directeur Bernard Pradin (1998)

Avec le concours de deux directeurs adjoints successifs, Germain Garcia puis Colette Mercé, le GEI a connu une période riche en événements au niveau pédagogique :

  • création d'une nouvelle spécialité en Réseaux et Télécommunications ouverte en octobre 2001.
  • application de la réforme 1+2+2 impliquant le département dans 2 pré-orientations.
  • mise en place d'orientations communes de 5e année avec d'autres départements : microsystèmes avec département de Génie Physique et automatisation des procédés avec département de Génie des Procédés.
  • affirmation de la composante informatique du département par création d'une section 27 du Conseil National des Universités (CNU). L'INSA de Toulouse est classé en 2002 en tête des écoles d'ingénieurs avec prépa intégrée avec des formations informatiques, par une enquête « Lettre de l'Etudiant » – « 01 Informatique ».
  • d'un point de vue organisationnel, rationalisation de l'organisation de l'année en six modules de 5 semaines et des enseignements en multiples de 1,25 h pour une plus grande souplesse de gestion. Cette organisation sera plus tard adoptée par l'ensemble de l'INSA.
  • introduction de nouvelles approches pédagogiques : projets et exposés tutorés.


Une plateforme de Compatibilité Electromagnétique des composants est hébergée au GEI avec un fort appui des industriels de la région. Le Club Robot est crée en 1999 et bénéficie d'un local au GEI. Le 1er spectacle des Enfoiros, créé par trois étudiants du GEI, avec la participation de Vincent Nicomette (jusqu'en 2008) est donné en 2000. Il s'étendra par la suite à tout l'INSA. La section musique INSA est créée par V. Gros et E. Sicard. 

Dans le cadre du Ministère des Affaires Etrangères, une coopération s'est mise en place dans le domaine de l'ingénierie pédagogique avec de nouvelles écoles d'ingénieurs au Maroc : ENSA d'Agadir, ENSA de Marrakech, ENSA de Safi puis ENSA Khouribga.

A l'occasion de la mise en conformité électrique, le département a été complètement rénové en 2002.

Le Département, directeur Jean-Marie Dilhac (2004)

Jean-Marie Dilhac, professeur d’électronique, est nommé directeur du DGEI le 1er juillet 2004, par Louis Castex, directeur de l’INSA. Marie-José Huguet, maître de conférences en informatique, l’assiste en tant que directrice des études.

  • Le nouveau directeur est immédiatement engagé dans la création d’une nouvelle formation d’ingénieur… à Castres, qui à l’issue de beaucoup de difficultés, voit le jour sous le nom d’ISIS (Informatique et Systèmes d’Information pour la Santé) au sein du Centre universitaire de formation et de recherche Jean-François Champollion.
  • Le début du mandat s'accompagne du recrutement en 2004 de Thierry Rocacher, Martin Aimé, Gwendoline Le Corre. François Pompignac prend sa retraite fin 2004, alors que notre jeune retraité, Alexandre Dziadowiec, décède. A l’INSA, et donc au DGEI, se mettent en place les procédures de rédaction des fiches de postes et des entretiens annuels d’évaluation des ingénieurs, techniciens et administratifs. Les vitrines d’exposition sont créées.
  • En matière de pédagogie, l’Apprentissage Par Projet (APP) prend son essor à l’école et au DGEI, notamment sous l’impulsion de Daniel Marre, maître de conférences en informatique.
  • A l’initiative de Louis Castex, des accords de double cursus avec l’Ecole supérieure de commerce de Toulouse (aujourd’hui Toulouse Business School) et l’Institut d’Administration des Entreprises (IAE) sont formalisés : ils auront un large succès auprès des étudiants du DGEI.
  • L’Intranet Pédagogique fait ses premiers pas, et à la suite de la réforme LMD (dite 1+2+2 à l’INSA), les trois 3e années du département (Informatique, Automatique Electronique Informatique, Réseaux et Télécommunications) disparaissent. Seules restent sous la responsabilité du DGEI les 4e et 5e années. Corollaire, sont créées les pré orientations, notamment MIC et IMACS.
  • En 2005, AEI devient AE et perd son « I ». La spécialité informatique devient elle I et perd son G (son intitulé était jusqu’alors « génie informatique »). André Titli, Jean-Claude Geffroy et Etienne Delord partent à la retraite.
  • Grâce à l’action de Terlys Marino, les anciens instruments scientifiques du département sont inventoriés par la cellule patrimoine du PRES.
  • Début 2006, Pascale Mathieu, longtemps secrétaire de direction, quitte le DGEI pour une autre affectation. Daniel Marre devient directeur des études du DGEI.
  • Le directeur du DGEI participe à la création de l’association Pasc@line (c’est lui qui en proposera le nom), association regroupant des écoles d’ingénieurs et le Syntec Informatique, et dont l’objectif est la promotion des études supérieures en informatique auprès des lycéens et étudiants, et particulièrement des jeunes filles !
  • Louis Castex fait part de sa volonté en 2007 de ne plus avoir à l’INSA de laboratoires dont les effectifs soient inférieurs à une centaine de personnes. C’est le début de la fin pour le LESIA qui, après quelques années d'existence en tant que LATTIS, sera à terme contraint de disparaître : ses membres rejoindront plus tard majoritairement le LAAS-CNRS.

Le laboratoire LATTIS en 2007 devant le GEI (Directrice: D. Fournier)

  • 2005-2006 est une période faste en termes de recrutements : Ernesto Exposito (réseaux), Didier Le Botlan (informatique), Guillaume Auriol (ingénierie des systèmes), Elodie Chantery (automatique). Pierre Dauchez (robotique) est promu professeur. Guillaume Auriol œuvrera principalement dans la spécialité GSI, spécialité cogérée par les départements GM et GEI.
  • En 2006 se met en place la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) permettant d’acquérir le diplôme de l’INSA à condition d’avoir acquis les compétences correspondantes dans la vie professionnelle ou à travers une formation complémentaire à l’école, dans un cadre aménagé. La spécialité Réseaux et Télécommunications sera la deuxième spécialité de l’école à être ouverte à ce nouveau canal de promotion sociale par le biais de la formation continue. Démarrent également au DGEI le Spring Semester in Electrical Engineering, à destination notamment d’étudiants américains, coordonné par Etienne Sicard, et la préparation à la certification CISCO Academy, dirigé par Thierry Monteil. Le professeur André Titli, ancien directeur du DGEI, prend sa retraite en juillet. Décembre 2006 : création du PRES Université de Toulouse. Jacques Erschler, professeur au DGEI, en sera le premier président.
  • Juillet 2007 voit le renouvellement du mandat de Jean-Marie Dilhac à la direction du DGEI, avec Daniel Marre comme directeur des études. Pierre Dauchez, professeur au DGEI et ancien directeur des Relations Internationales de l’INSA, part en détachement à l’Ambassade de France à Tokyo. Claude Baron est promue professeur, Pierre-Emmanuel Hladik et Christophe Escriba sont recrutés en tant que maîtres de conférences, Fabien Nougarolles en tant qu'ingénieur d'études.
  • Jean-Marie Dilhac est nommé directeur du CIES de Midi-Pyrénées au 1er février 2008. Il anime sa dernière assemblée générale du DGEI le 18 janvier. 

Texte complet: cliquer ici

Le Département, directrice Colette Mercé (2008)

De février 2008 à août 2013, la direction du DGEI a été assurée par Colette Mercé. Christophe Chassot était directeur adjoint et Marie-Véronique Le Lann était chargée des relations industrielles et de la communication.

Cette période a été marquée par une restructuration des spécialités existantes :

  • Fusion des spécialités Informatique et Réseaux-Télécom en une seule spécialité Informatique et Réseaux (IR) structurée en 4ème année autour d’un tronc commun et de 2 orientations Informatique et Réseaux-télécom.
  • Intégration de la spécialité  Génie des Systèmes Industriels dans la spécialité Automatique –Electronique (AE) pour les étudiants issus de la pré-orientation IMACS. La 4ème année AE est alors structurée autour d’un tronc commun et de 2 orientations : Systèmes Embarqués  et Ingénierie Systèmes (partagée avec des étudiants de la spécialité Génie Mécanique).
  • Mise en place en 5ème année d’un ensemble de majeures-mineures ciblées métiers facilitant le brassage d’étudiants issus de spécialités différentes et une meilleure adaptation aux besoins de l’industrie et de la recherche. Quatre majeures sont mises en place (Electronique et systèmes embarqués, Systèmes embarqués critiques, Ingénierie du logiciel, Systèmes distribués communicants) complétées de six mineures (Capteurs communicants, Automatique avancée, Ingénierie des modèles, Informatique décisionnelle, Sécurité, Applications mobiles et réseaux ambiants).
  • Dans le cadre du développement des Parcours Transversaux Pluridisciplinaires (PTP) mis en place au sein de l’établissement, participation au développement du PTP Energie et du PTP Ingénierie des risques (qui sera par la suite transformé en en un master international Risk Engineering).

Ces restructurations, validées en mai 2010 par un conseil de département élargi aux industriels choisis en fonction de leurs compétences dans les domaines concernés, ont été habilitées par la CTI (établissement habilité pour 6 ans).

Journées Portes Ouvertes en 2010 (V. Mahout faisant une démonstration Automatique)

Sur le plan pédagogique, on peut aussi citer :

  • La mise en place d’une demi-journée « Forum des stages » au cours de laquelle les étudiants de 5ème année présentent aux étudiants de 4ème année et au personnel du département, sous forme de  posters synthétiques, le stage de 4ème année qu’ils viennent d’effectuer.
  • La première édition du « Petit déjeuner du DGEI » au cours duquel les étudiants rencontrent autour de cafés et viennoiseries, les industriels partenaires du département.
  • L’intégration dans les programmes de 4ème année d’une unité  de sensibilisation à la recherche accompagnée d’une formation à la recherche documentaire
  • Le libre accès pour les étudiants aux  salles de TP du département (salles informatiques d’abord, puis salles d’électronique et d’automatique)
  • L’équipement des salles de TP avec des vidéos projecteurs
  • La mise en place d’une chaire d’enseignement « Systèmes Embarqués Critiques » en partenariat avec l’ISAE, l’INP/ENSEEIHT et les industriels toulousains du domaine.
  • Le lancement du Master International Electronics Systems for Embedded Applications ESECA, à l'initiative de l'INP/ENSEEIHT.

Pour faciliter la gestion prévisionnelle des services du département et la déclaration des heures complémentaires, le logiciel SEPIA été développé avec l’aide du CSN. Initialement destiné au DGEI, ce logiciel sera par la suite étendu à l’ensemble de l’INSA.

Au niveau INSA, l'obtention du diplôme d'ingénieur INSA est conditionné par un séjour minimal de 12 semaines à l'étranger et 750 au TOEIC. Les premières entreprises deviennent partenaires de la fondation INSA, dont certaines proches des thématiques du GEI.

Le Département, directeur Christophe Chassot (2013)

Le Parcours Transverse Pluridisciplinaire (PTP) Energie est lancé par P. Tounsi, enseignant au GEI. Le Master International "Safety and Industrial Engineering" est lancé par G. Motet, professeur au GEI en 2014. En 2015, les mineures "Fouille de données/Data Mining" et "Cloud Computing" démarrent. Le Mastère Spécialisé "Risk Engineering" est refondu en "Safety Engineering and Management". L'association des étudiants du GEI GEIser est fondée par 2015, avec Yorrick Barnay comme premier président. Sonia Ben Dhia, maître de conférences au GEI et chercheuse au LAAS/CNRS, est nommée directrice de l'INSA Euro-Méditerranée de Fès, Maroc, pour un mandat de 3 ans.

Mise à jour E. Sicard Juillet 2016

etienne.sicard < à > insa-toulouse.fr

Institut National des Sciences Appliquées

Rapport d'activités

Christophe CHASSOT
christophe.chassot @ insa-toulouse.fr