David Pasdeloup, étudiant 4AE au GEI en semestre d'études à NTNUUne année en étudiant d'échanges avec la Norvège

David Pasdeloup, étudiant à l’INSA en Automatique-Électronique, spécialité Ingénierie Systèmes, a effectué la totalité de sa 4ème année à l’Université Norvégienne de Sciences et de Technologie (NTNU) située à Trondheim. Durant cette année, il s’est épris du style de vie nordique et a envisagé de s’y installer une fois diplômé de l’INSA. Adapté au climat de cette ville étudiante au bord d’un fjord, il y a décroché l’opportunité d’y réaliser son stage de fin d’études et une thèse de Doctorat en Technologie Médicale.

Lors de son premier départ en 2017, son choix pour NTNU et la Norvège s’est basé sur la réputation du pays en termes de qualité de vie et sur les possibilités immenses que ce pays offre pour les sports outdoor. David, originaire d’un petit village situé au fond d’une vallée pyrénéenne, a décidé de ne pas choisir entre les études et sa passion pour les activités de montagne. Initialement, il devait effectuer le semestre d’automne 2017 à Trondheim. Un mois après son arrivée et enthousiasmé par le mode de vie local, il a demandé et obtenu une extension de son échange ERASMUS pour l’année entière. Cela lui a permis d’apprendre la langue et de développer son réseau. L’idée d’un début de carrière en Norvège a commencé à germer durant cette période. Les méthodes d’enseignement à NTNU sont très différentes de celles de l’INSA. Par exemple, les TD sont encadrés par des “student assistant” qui sont des élèves ayant montré une maîtrise du cours l’année précédente (ils sont aussi rémunérés pour cela). La présence n’est pas obligatoire, mais il faut cependant rendre entre 6 et 10 TDs pour accéder à l’examen. Ce mode de fonctionnement permet de fournir un travail constant tout au long du semestre. Les enseignants sont aussi très disponibles et organisent volontiers des séances de questions.

À son retour en France à l’été 2018, la décision de repartir dans ce pays dès que possible était arrêtée. David a donc candidaté pour un poste de doctorat au sein de CIUS (Centre for Innovative Ultrasound Solutions) et a été accepté. CIUS est un groupe de recherche développant des technologies ultra-sons de manière interdisciplinaire dans les domaines du Médical, de l’Oil&Gas et de l’Industrie Maritime. Son futur tuteur, le Professeur Lovstakken, a suggéré d’utiliser les six mois du Projet de Fin d’Études comme le moyen de gagner en compétence pour son futur projet.

David a été très bien accueilli à NTNU aussi bien en tant qu’étudiant (semaine d’intégration, mise à disposition de logements de qualité à un prix similaire à un logement sur le campus de l’INSA), qu’en tant que stagiaire. Tout est toujours bien organisé et il y a toujours une personne compétente pour répondre à chaque question. NTNU possède une grande expérience dans l’accueil d’étudiants et de personnels étrangers. Contrairement à l’idée que se font la majorité des Français, les norvégiens sont très ouverts et accueillants. Il faut seulement ne pas avoir peur de leur adresser la parole. Toutefois, montrer un intérêt pour l’apprentissage de leur langue est un plus pour créer des liens durables. NTNUI, l’association sportive de l’université propose des sports adaptés aux envies de chacun et est un excellent moyen pour rencontrer des personnes ayant les mêmes centres d’intérêt. Un seul petit bémol, la culture culinaire en Norvège est particulièrement limitée !

David va donc poursuivre au sein d’un groupe reconnu mondialement pour la qualité de sa recherche et les technologies d’échographie qu’il développe. Selon lui, la particularité de CIUS provient des équipements de pointe présents dans leur laboratoire et des nombreux partenaires industriels (General Electric, Equinor…). Cela permet de transférer très rapidement les résultats de la recherche en applications industrielles. Dans ce groupe, il contribue à développer des solutions de traitement d’images cardiaques avec l’Intelligence Artificielle. L’objectif est de rendre les appareils d’échographie portables pour les déployer au plus près du besoin – médecins généralistes, situations d’urgence ou pays sous-développés par exemple. Pour David, le domaine médical est « l’un des plus neutres vis-à-vis des dégradations infligées à notre planète et apporte une plus-value sociétale maximale », ce qui lui permet de travailler en accord avec ses convictions. Au-delà de l’excellence universitaire, son choix s’est basé sur les conditions de travail norvégiennes – pas de hiérarchie, simplicité des relations, productivité – et la qualité de vie qu’offrent la ville et le pays. Il déclare : « À 16h, je quitte mon écran et mon bureau, une demi-heure plus tard je suis dans la forêt en train de faire du ski de fond ».

Il considère que la filière AE-IS lui a donné tous les éléments pour appréhender sereinement le domaine dans lequel il travaille aujourd’hui. S’il a découvert les techniques d’IA et de Deep Learning durant son stage, il souligne qu’il est tout aussi important de bien comprendre le fonctionnement d’un scanner, ce qui fait appel à ses compétences en électronique, programmation ou physique des matériaux. Pour synthétiser, il affirme que son cursus à l’INSA lui permet de maintenant travailler pour une cause dont il est convaincu du bien-fondé.

Nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouvelles activités !

Site web de CIUS : https://www.ntnu.edu/web/cius-sfi-/cius